Partagez|

Tu dois admettre qu’il est possible que dieu ne t’aime pas du tout. (FREE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Tu dois admettre qu’il est possible que dieu ne t’aime pas du tout. (FREE) Mer 20 Juin - 22:03



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemforanightmare.forumgratuit.org
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tu dois admettre qu’il est possible que dieu ne t’aime pas du tout. (FREE) Mer 27 Juin - 0:45



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemforanightmare.forumgratuit.org
avatar
Messages : 2
Date d'inscription : 12/07/2012
MessageSujet: Re: Tu dois admettre qu’il est possible que dieu ne t’aime pas du tout. (FREE) Jeu 19 Juil - 11:15

Il glissait a travers les couloirs, tel un serpent rampant sur le sol humide d'une vieille maison en pierre. Une odeur de mort circulait dans l'air, mais c'était une odeur que chacun avait apprit a adopter, a connaitre et a ne plus craindre. Non il y avait pire dans l'enceinte de l'asile, la mort ne pouvait être qu'une délivrance après tout ce qui se passait derrières les mur souillés de sang, d'acide sulfurique, d'éther et autres. l'homme cracha par terre et s'essuya les coins de la bouche du revers de la main, il sorti ensuite une chique qu'il mordit fortement avant de laisser échapper un râle. Il se plaisait ici. Tout le monde haissait cet enfer mais lui il se trouvait un rôle fort agréable a jouer, il était l'un des démons serviteur de satan, l'une de ces créatures qui embrochait les corps des damnés et les poussait dans les flammes éternelles afin qu'ils souffre d'une agonie infinie. Cette idée le fit sourire, Il n'était en rien l'un de ses cafards enfermés dans des cages, bavant a moitié sur leur torse, ces êtres inférieurs privés de leur conscience. D'ailleurs grâce a lui, certains s'étaient fait lobotomiser, quelques petits bidouillages dans le dossier médical et hop! un fou au besoin de lobotomie, un légume en plus.
Il connaissait tout des "patients" enfermés ici, mais pour lui ils n'étaient rien d'autre que de la vermine qui méritait la mort, et pire. Il ne se déplaçait jamais sans son taser, un bijou qui lui permettait d'avoir le dernier mot dans n'importe qu'elle situation. il empoigna la crosse du pistolet électrique et fit quelques pas de plus dans les couloirs. Ici personne ne connaissait son véritable nom, personne ne savait d’où il venait et c'était tant mieux, seul lui pouvait s'amuser avec les tarés de cet hôpital mal famé. Il se délectait de la douleur des autres, de celle qu'il procurait, ils ne méritaient que ça après tout. de simples rat de labo, c'est ce qu'ils étaient, ils crèveraient comme des chiens après avoir souffert comme des martyrs, et ça il y veillerait personnellement.
Après avoir déjeuner, L'homme se leva de la cafeteria du personnel, et entreprit d'aller chercher un détenu pour l'emmener dans la salle des soins où il devait subir des " examens", évidemment il n'en était rien. Il reprit ensuite la direction des couloirs qu'il arpenta avant de se diriger vers le bâtiment central. Il arriva au niveau de la chapelle, se demandant si il y avait vraiment ici des fou qui s'amusaient a prier un quelconque dieu qui les avait abandonner a leur sort. Finalement la religion c'était des foutaises, ici le seul Dieu susceptible de tenir la vie des autres dans sa main c'était lui et personne d'autre. Il baissa le regard et remarqua que ses chaussures venaient de heurter un crucifix. L'homme se baissa et l'attrapa un sourire narquois sur le visage " faut croire que t'as oublier quelques pourritures ici bas p'tit gars.", L'homme laissa tomber le crucifix qui s’explosa par terre puis il posa sa semelle en cuir sur l'objet avant d'en écarter les morceaux détruit. L'homme s'assit sur un vieux banc délabré et sortit de sa poche un paquet de tabac, des feuilles et un filtre et se mit a l'oeuvre de se préparer une cigarette. Une fois terminée, l'homme porta la cigarette roulée a sa bouche, sorti un zippo de sa veste en cuir et fit claquer le clapet voyant apparaitre une petite flamme qui alluma ta tige qu'il s'était préparé, il referma le briquet et le rangea soigneusement dans sa poche. l'homme fit quelques pas avant d'entendre des bruits de voix tout a fait reconnaissable. méfiant et silencieux, il cala sa cigarette entre ses dents et se dirigea d'un pas lent vers les voix. deux éléments considérés comme les plus dangereux étaient en train de parler, il avait lu tout leurs dossiers et en savait beaucoup sur eux pour savoir qu'ils ne devaient pas se trouver ici par simple principe de moralité, comme si ces insectes pourraient obtenir le pardon d'un quelconque être supérieur, foutaises, ils étaient voué a pourrir ici et ne trouverais aucune échappatoire ni physique ni morale a leurs desseins. il s'avança alors vers le jeune homme brun qui répondait au nom d'Ezechiel, il fut drôle de constater a quel point son prénom jurait d'une façon paradoxale avec ce qu'il était : un monstre au gout du sang, une vermine, un moins que rien dans ce bas monde dégueulasse, il savait ce que le jeune homme était, tous se méfiait de lui alors que l'homme passait son temps a le pousser a bout pour avoir une bonne excuse de le descendre. "peut - être devrais tu commencer a l'être Morgan, des saletés dans ton genre n'ont plus que ça a faire non? ", un regard vil, un sourire cruel s'ajouta a son sarcasme... " je vais te confier un secret... personne ne te sauveras ici, tu es condamné depuis le jour où ta putain de mère t'as mis au monde Morgan." Il tapota la crosse de son taser, le sourire au lèvres, en gardant dans sa main gauche un canif ouvert au cas où le jeune Morgan lui sauterait au cou, mais dans tout les cas, il savait qu'il aurait le dessus, un seul faux pas de celui-ci et c'était l’expérience médicale, l'enfer du bistouri et du scalpel, l'ouverture a froid du crane, assuré. A part s'il réussissait son coup et qu'il le tuer d'un seul coup, mais ça il n'y croyait pas, l'homme avait beaucoup trop de forces et d'armes pour mourir d'une façon aussi simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tu dois admettre qu’il est possible que dieu ne t’aime pas du tout. (FREE)

Revenir en haut Aller en bas

Tu dois admettre qu’il est possible que dieu ne t’aime pas du tout. (FREE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Tu dois admettre qu’il est possible que dieu ne t’aime pas du tout.» tu dois admettre qu’il est possible que dieu ne t’aime pas du tout.» LOUISE ۞ amour, à qui je dois et mon mal et mon bien (uc)» Ecoute le vieux rafiki et il te montrera le chemin car tu dois "regarder au-delà de ce que tu vois" (a)» Je te dois une explication (Sophie)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For a Nightmare :: Le Bâtiment Central :: Chapelle-