Partagez|

Contexte (A LIRE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 7
Date d'inscription : 10/01/2012
MessageSujet: Contexte (A LIRE) Mar 10 Jan - 16:48


REQUIEM FOR A NIGHTMARE




« L'avenir prend racine dans le passé... »



CONTEXTE


« Tout a commencé à l'avènement du 2ème Millénaire... La ville de New York était devenue celle du chaos. Meurtres, vols, viols... Les autorités avaient perdu tout contrôle. La population agonisait, craignant que la mort ne les emporte à chaque coin de rue. Les rues étaient désertes dès 22h et chaque matin des corps étaient retrouvés, ceux des plus téméraires. La terreur régnait. Lorsque le gouverneur de l'état de New York fut sauvagement assassiné, un putsch eut lieu et un homme prit le pouvoir. Porté par le nombre de ses partisans toujours grandissant, il mit en place une politique d'austérité. Les forces de polices furent multipliées et leurs actions radicalisées. Les peines s'alourdirent et la sérénité revint progressivement. La population commençait à revivre. Je dois admettre que j'avais moi aussi cru en ce renouveau...
Mais ce gouverneur n'en avait pas fini avec la ville. Un projet secret avait été lancé à sa demande auprès des scientifiques et des ingénieurs les plus compétents de l'État. Un projet qui devait résoudre à tout jamais le problème de criminalité de la ville. Ce projet avait pour nom de code « Requiem For a Dream ». Le rêve, c'est ce qu'il promettait, la réalité en fut autrement. Les personnes travaillant sur le projet mirent en place un système révolutionnaire de scanner rétinien couplé à un scanner d'empreintes digitales. Ce scanner envoi automatiquement les images de votre futur aux ordinateurs centraux de l'institution gouvernementale qui a recueilli le projet. Si dans ces images, l'ordinateur repère une anomalie, il s'immobilise sur l'évènement qui provoque cette anomalie et la repasse en boucle. Des techniciens examinent les images. Ce qui provoque l'anomalie ? La violence. Ainsi, ils sont dans la mesure de savoir qui est dangereux, quand il le sera et de l'empêcher de nuire à l'avance.

A votre naissance, vous êtes répertorié par un tout premier scanner. Un compte à rebours défile alors sous votre code digital, un compte à rebours de 15 années.
Les contrôles débutent le jour de vos 15 ans, les crimes avant cet âge étant moins fréquents. Les adolescent sont alors priés de se rendre à l'institut de contrôle de l'identité le jour de leur 15 ans afin de procéder, pour la première fois, à la vérification de leur avenir. Si leur avenir ne provoque aucune anomalie grave, la vie continue et chaque année, le jour de leur anniversaire, le même processus devra être respecté. En cas de non présentation avant minuit ce jour précis, la personne est immédiatement prise en chasse...
Personne n'échappe bien longtemps à un contrôle.

J'avais 21 ans quand je me suis fait contrôler « positif », c'est à dire « négatif » et j'ai immédiatement été envoyé ici, à "No Man's Land". C'est assez ironique quand on y pense. On est assez nombreux finalement ici. Je savais qu'il y avait eu beaucoup de transferts mais jamais je n'aurais imaginé qu'il y en ait eu autant.
Ils ont détecté une anomalie, je devais tuer ma femme l'année suivante. Jamais même cette idée ne m'a effleuré l'esprit. Pourtant je suis ici. Ils ne discutent pas ces gens là. La machine décide pour vous.
Je ne sais pas combien de temps je vais survivre ici, ni même si cet enregistrement servira à quelque chose. Cela fait 6 mois que je suis dans cet enfer tout droit construit par nos politiques. Vivre à New-York était une partie de plaisir par rapport à ce qu'il se passe en ces mûrs.
Je n'ai pas vu le jour depuis mon transfert, mon teint est pâle et on ne respire que l'air conditionné ici. Je n'ai pas vu une seule fenêtre ouverte, une seule échappatoire. Tout est sale et certains tombent malades. Il n'y a que les mûrs, robustes et les fous dangereux qui peuplent ce lieu. La journée c'est vivable, les gardiens veillent tandis qu'on nous envoi passer des tests pour vérifier notre état physique et mental. La nuit, tout est différent. Les gardiens ne s'aventurent presque pas dans l'aile des dortoirs. Il ne fait pas bon dormir sur ses deux oreilles. Les sous-sols.. C'est là que se trouve les plus dangereux, je ne m'y aventure pas, je sais qu'il vaut mieux être dans les combles la nuit. On se cache.

J'ai l'impression de ne pas avoir dormi depuis une éternité. J'ai vu des viols, la première fois je suis intervenu, mais ici, il vaut mieux se mêler de ses affaires... Je n'interviens plus. Certains sont jeunes, très jeunes. Je ne suis pas le seul à ne pas être fou ici, je le sais, mais nous n'avons aucun moyen de le prouver. Les meilleurs d'entre nous deviennent comme les autres, poussés par l'instinct de survie, ils tuent à leur tour ou bien deviennent fou. Il y a des meurtres, des suicides, j'y pense parfois... Je n'arrive pas à m'y résoudre. Je n'en peux plus... Et je ne suis qu'un témoignage comme il pourrait y en avoir beaucoup. »

« Nous sommes le 24 Avril. Cela fait un mois que Matt’ a été interné. Le scanner a détecté une anomalie. Je suis pourtant prête à jurer de son innocence devant Dieu. Ce système n’est pas sain. Comment un ordinateur peut-il prédire votre avenir, comment peut-il même le voir ? Le gouvernement ne voit-il pas qu’il enferme des innocents ? La présomption d’innocence n’a-t-elle plus grâce à leurs yeux ? Cette ville est devenue folle. J’ai entendu parlé d’un groupe de résistant au système, je n’étais pas prête à m’y engager. Mais c’était avant que l’on m’enlève que j’avais de plus cher au monde. J’ai rejoins l’action des rebelles et je jure sur mon âme que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour arrêter cette machine infernale ou la faire dérailler. Jimmy m’a parlé d’un moyen d’infiltrer l’asile incognito. Je pourrais revoir Matt’, lui montrer que je suis toujours là et que je le crois... Moi. Je crois en son innocence. Il ne faut pas qu’il perde cela de vue. Un jour nous aurons un avenir, par ma foi je le jure. »

« J’ai rencontré une femme… Je ne suis pas fou je le sais, elle existe. Si je suis fou, ce n’est que d’elle. Elle n’a rien à faire dans cet enfer elle non plus. Je le sens. Elle est perdue, fragile et je ne sais pas combien de temps je pourrais la protéger. Mais il le faut. Je dois garder espoir. Lui faire garder le sien. Parce que je l’aime, parce qu’elle mérite mieux et que ce lieu, aussi sordide soit-il... Ne peut rien contre cela. Je lui ferais oublier la noirceur des murs, je lui raconterais des histoires, ce qu’on aurait pu vivre, ce qu’on vivra un jour, ce qu’on peut vivre immédiatement, je lui emplirais l’imagination de branches auxquelles elle pourra se raccrocher à chaque fois que l’horreur de ce lieu voudra l’envahir. Ils ne peuvent rien contre cela. »



© Contexte imaginé et rédigé par Ezechiel C. Morgan




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contexte (A LIRE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne» IMPÉRATIF DE LIRE ce règlement avant toute transaction» Aimez vous lire ?» Lire sous les sapins» Lire c'est voyager ; voyager c'est lire. [V. Hugo]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For a Nightmare :: Décrets & Registres :: Contexte-