Partagez|

Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Mer 23 Mai - 15:27



MONSIEUR, MARSHALL ISAAC GRIFFITHS





ÂGE : 22 ans
DATE DE NAISSANCE : 27 novembre
LIEU DE NAISSANCE : Lancaster • Angleterre
MÉTIER, ETUDES : Il n'a jamais été un grand studieux et n'est pas arrivé au bout de sa terminal. Il a toujours aborder les études comme un fardeau. Il n'excellait pas, malgrés des effort surhumains.
CÉLÉBRITÉ : Adam Brody
CODE RÉGLEMENT : Ok By Eze'



VOTRE PSEUDO : AwesomeBoy
VOTRE ÂGE : -
DISPONIBILITÉ : 5/7 jrs
AVIS SUR LE FORUM : C'est pile le genre de forum que je cherchais. Il y a tellement peu de forum traitant d'un tel sujet, c'est triste.

Orientation sexuelle :
Hétéro
Bisexuelle
Gay
Autres

Statut :
En couple
Célibataire
Compliqué

Groupe :
Keep Calm
Take Care
Industrial Disease
Natural Born Killer
Dangerous and Free
Free and Rebellious


HISTOIRE

« La mort fait partie de la vie... J’aurais tellement aimé que non. »
Ma vie…mon passé; voilà un sujet que j’évite comme la peste. Je n’ai pas honte de mon histoire, tout le monde a la sienne. Tout le monde a ses drames et je me plais à me convaincre, que les miens ne sont pas pires que les votre. Soyez attentif, mon récit, je ne le raconterais qu’une seule fois.

Je suis né à Lancaster, en Angleterre.
Je n’étais pas un enfant désiré bien que l’union de mes parents fût sincère et emplit d’amour. Mon arrivé au monde venait gâcher leur liberté de couple encore jeune. Eux disaient que j’étais une belle «surprise». Qu’est-ce que l’on pouvait inventer comme bêtise parfois, mais moi je savais j’étais un accident. Je ne pourrais pas leurs en vouloir, l’intention derrière leur petit mensonge était bonnes après tout. Sarah, c’était le nom de ma mère. Elle venait de terminer sa formation et entreprenait un nouvel emploi; infirmière. Mon père, Jackson, a toujours eu le même genre d’emploi – ce n’était qu’un ouvrier parmi tant d’autre, mais c’était probablement le plus acharné au travail, j’en étais persuadé. Il était donc normal qu’il soit aussi exigent envers moi qu’il l’était envers lui-même. Cependant il a rapidement frappé un mur. Mon éducation était primordiale, probablement parce qu’il espérait me voir réussir mieux que lui ne l’avait fait. Dommage, car il s’aperçu bien vite que je ne répondais pas à ses exigences «d’intellect», comme il l’espérait tant. Heureusement pour lui, ma jeune sœur était plus prometteuse que je ne l’étais. Oui, j’avais une sœur, d’à peine un an ma cadette : Alexis Rose Griffiths. Comme quoi les études étaient une histoire de fille dans notre famille. Moi j’étais un cas désespéré. Puis vint le jour ou l’amour disparu, faisant place aux reproches et au divorce. Ma mère avait trompé mon père avec un interne. C’était à ce demandé où elle prenait le temps. Je n’ais pas beaucoup de chose à raconter sur ma mère, car je ne garde que très peu de souvenir d’elle. Je n’avais que 7 ans lorsqu’elle avait prise la décision de refaire sa vie et avant cela, elle n’avait jamais de temps à accorder à moi ou à ma sœur. Une mère indigne? Peut-être, mais pour être franc, ce n’est pas un évènement qui m’a bouleversé. Ce qui comptait, c’était de rester auprès de ma sœur et de mon père avec qui j’avais tissé des liens forts. Nous avions déménagés dans un appartement aux États-unis. Une toute autre vie, loin d’être meilleur. J’aurais préféré subir les déboires de ma mère et les frustrations de mon père jour après jour, plutôt que de subir ce chapitre de ma vie.

Mon père c’était trouver un autre emploi, moins bien payé. Du coup il devait faire énormément de temps supplémentaire pour rejoindre les deux bouts. Il faisait son possible, mais il vint un moment où le temps qu’il passait avec nous - Moi et ma sœur Alexis - se faisait rare. En rentrant de l’école et les week-ends, notre père confiait notre garde au voisin d’appartement; monsieur Anderson. Un homme dans la trentaine, un policier qui avait toujours des histoires fascinantes à raconter. Des descentes et des poursuites dignes d’un film américain. Avec le projet gouvernemental sous lequel tout le monde devaient se plier, il ne chômait pas. Aussi bien le dire, il était un « héro » qui était respecté par beaucoup de gens. On ne s’ennuyait jamais là-bas et il faisait très certainement les meilleurs spaghettis au monde. C’est justement après l’un de ses délicieux repas que celui-ci nous invita à entrer dans sa chambre sous un douteux prétexte. J’étais bête et j’en ai payé le prix. Ce fut le premier jour d’un dangereux cercle vicieux. Nous avions trop honte d’en parler à notre père. Je ne pouvais que tenter de protéger ma sœur comme je le pouvais. Derrière cette porte j’ai été abusé par cet homme et j’ai abusé malgré moi de ma jeune sœur. Je n’avais que 10 ans après tout. Cette situation perdura trop longtemps et les limites de la tolérance finissent toujours par être atteintes. Ma sœur, ma douce Alexis s’enleva la vie à 14 ans. C’est dans l’incompréhension que mon père retrouva sa fille sans vie, à un si jeune âge. J’aurais dû tout lui dire, mais j’en étais encore une fois incapable. J’étais rongé par le remord – coupable d’avoir gardé le silence, coupable de la mort de ma sœur. Assommé par la tragédie, la dépression me guettait et le désir de rejoindre ma sœur était plus fort de jour en jour. Les mois s’écoulèrent, puis une année entière…J’étais un véritable mort vivant subissant les conséquences de ces traumatismes.


Le jour où je lui enfonçais le couteau le plus affilé de la cuisine dans l’estomac j’avais cru que mes problèmes s’envoleraient. Ce fils de p*te ne méritait que de souffrir et de crever. Pourtant il n’en était rien…Mon mal n’était pas soulagé. J’avais beau tourné la lame dans sa plaie et le poignarder de nouveau, rien n’y faisait. Il y avait du sang partout dans le petit salon de ce monsieur Anderson et je n’en étais pas plus soulagé; il refusait tout simplement de mourir. Puis tout était allez si vite par la suite. Les policiers étaient partout, on me posa un tas de questions. Il y a eu ce psychiatre qui voulait en savoir un peu trop à mon sujet, cette condamnation et mon arrivé dans cette prison. Eux disaient que Monsieur Anderson n’existait pas; que j’avais assassiné un certain Edgard Miller. Un homme qui se trouvait être mon voisin, mais qui ne correspondait en rien à la description que j’en faisais.

Dans ma tête, tout ca n’était qu’une vaste blague, un complot. Je ne pouvais croire toutes les âneries qu’ils tentaient de m’enfoncer dans le crâne – je n’étais pas fou, contrairement à ce qu’ils voulaient me faire croire. La seule qui aurait pu me sortir de ce mauvais pas et prendre mon parti, était décédée et mon père pour une raison que j’ignore, n’est jamais venu témoigner. Je suis dans ce lieu impitoyable depuis 4 ans, peut-être plus…peut-être moins. J’ai perdu la notion du temps. Je n’ai plus jamais eu de nouvelle de mon père. Après toute cette histoire, c’est un peu normal. Ce que je sais, c’est qu’ils ont ouvert une enquête concernant le décès de ma sœur. Ils croient que je l’ai tué elle aussi. C’est stupide, jamais je n’aurais fait une chose pareil et puis qu’est-ce que ca change pour eux, je suis déjà enfermé. N’ont-ils rien d’autre à faire que de me briser continuellement?

Pourvu que cela change… pourvu je puisse te rejoindre bientôt Alexis.




QUARTIER LIBRE


Make a wish
« Ma mère aimait beaucoup inventer des histoires un peu tiré par les cheveux avec une belle morale à la fin. J’imagine que c’était sa façon à elle de me faire comprendre certaines choses que j’avais du mal à assimiler. Puis à cet âge, tous les enfants aiment se faire raconter n’importe quoi. Des ogres affamés, des sorciers aux traits de vipère, des gueux destiné à un avenir grandiose – tout y passait, même les pires clichés. Son histoire préférée, celle qu’elle ne cessait de me répéter, était sans aucun doute la moins farfelue – mais c’était justement ce qui la rendait tant intéressante. Cette anecdote avait le mérite d’être vrai, selon elle en tout cas. Je m’en rappel encore vaguement. Elle avait 8 ans lorsque cela c’était déroulé. Elle habitait un vieil appartement dans un quartier modeste. Elle racontait qu’elle passait beaucoup de temps chez sa voisine, une femme âgée qui la gardait lorsque ses parents devaient sortir pour X raisons. Cette dame avait confié à ma mère, qu’elle avait pouvoir de lire l’avenir par l’intermédiaire de cartes aux figures abstraites. Certaine personne font du tricot, elle, elle préférait s’amuser à deviner l’avenir. Chacun son truc…Elle avait invité ma mère à se prêter au jeu, lui spécifiant avant toute chose, qu’elle devait faire un vœu. Ce « jeu » dura pas plus de 15 minutes, mais il n’y a que la dernière phrase qui avait retenue l’attention de ma mère : « Ton souhait se réalisera à 11h11 demain ». Ce qu’elle désirait? Partir en voyage chez les fées. Oui, bon…elle avait 8 ans, pas besoin d’en faire un drame. Quoiqu’il en soit, c’est à 11h11 que son père lui annonça à elle et sa mère qu’ils partiraient une semaine dans une petite ville à l’ouest – une histoire de contrat qui n’est pas très importante. Je vous passe les détails; Car le clou de cette anecdote, c’est qu’ils furent hébergé au « Fairy falls ». Ce n’est qu’une coïncidence…Mais depuis ce temps et surtout, depuis que je suis tout jeune, ma mère ne cessait de me répéter de faire un souhait lorsque l’horloge indiquait une suite de chiffres identiques. »

On me força à m’assoir dans cette pièce, sans prendre le soin de m’expliquer se qu’on attendait de moi. La teneur de cette rencontre n’était pas un secret, mais j’étais constamment trainé d’un coté où de l’autre, sans obtenir la moindre réponse à mes questions. Dans cette affaire je n’importais pas, j’étais une nuisance. J’avais tué, brisé, déchiqueté et le système n’avait pas su le prévoir. Pour eux, j’étais l’individu embarrassant qui avait passé entre les mailles du filet. Un criminel, un fou. On m’estampa des troubles que je m’empressais de nier. « Il a assassiné son voisin –Edgard Miller– de 68 coups de couteau. Nous avons retrouvé le jeune homme dans un état de démence. Depuis, il entretient toujours le même discours incohérent. Le patient prétend ne pas connaitre ce monsieur Miller, sauvagement assassiné. Sa version confuse traite plutôt d’un Erick Anderson, officier de police, qui serait apparemment toujours en vie (Note : Aucun Erick Anderson ne correspond à la description du patient). Il prétend entre autre, que c’est celui-ci qui est responsable du décès de sa sœur. Une enquête à récemment été ouverte à ce sujet. Le patient est tenu comme principal suspect de cette affaire. ». Je n’avais pas le droit de m’objecter, on me faisait rapidement taire. Encore une fois, le scénario se répèterait. Je serais assommé par leur question auquel je n’avais pas les réponses. J’avais la nausée, j’étais épuisé et je cherchais désespérément un repère sur lequel me concentrer et oublier cet enfer. Mon regard glissa sur l’horloge accroché au mur. Elle indiquait 22h22 et instinctivement je souhaita pouvoir me sortir de cette situation, qu'on comprenne la ligitimité de mon acte. Un faible sourire fendit mes lèvres. C’était la dernière fois que j’affichais ce rictus, à ce jour. La porte s’ouvrit d’un bruit sourd et un homme pénétra dans la pièce. Ils se succédaient un a un à un tel point que je n’arrivais plus à les différencier. Il posa un dossier sur la table et s’assit face à moi, sans me jeter le moindre regard. Il était froid, dur et ne dérogeait pas de son rôle autoritaire qu’il campait avec précision. Il chercha dans cette pile de papier qu’il découvrait devant lui, prenant enfin la parole « Alors…Monsieur Griffiths » Il marqua une pause alors qu’il tira les documents qu’il jugea essentiel pour la suite de cet entretien. Je cru bon de me défendre avant de recevoir les accusations qu’on me jetait par la tête depuis le départ « Je n’ai tué personne! Il n’est pas mort croyez moi. Vous avez bien vérifié! Anderson, Erick Anderson! C’est lui le véritable fautif, c’est lui qui à orchestré tout cela, je n’ai rien à faire ici » L’homme devant moi leva un œil las vers moi, reportant son regard sur une note de son dossier. « Monsieur Erick Anderson ne fait parti d’aucun de nos registres » Dit-il d’une voix monocorde, sans la moindre parcelle d’émotion. « C’est ridicule, vous vous foutez de moi! » Il soupira, mon acharnement à clamer mon innocence l’ennuyait et il ne s’en cachait pas. Il avait même ponctué sa phrase d’un sourire arrogant. Je compris à cet instant l’ampleur du drame. J’étais victime d’un coup monté, visant à protéger un de leur précieux officier.

Je fut enfermé au No man's land.
Mon vœux ne s'était pas réalisé. Plus jamais je n’eu foi en quelques chose.


CODE A POSTER A LA SUITE EN MAJUSCULE :

Code:
ADAM BRODY ☼ MARSHALL ISAAC GRIFFITHS


Dernière édition par Marshall I. Griffiths le Jeu 24 Mai - 0:35, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Mer 23 Mai - 16:39

Welome très bon choix d'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Mer 23 Mai - 16:53

Oh Merci!
Je vais probablement achever ma fiche dans la journée, mais je me sent très brouillon aujourd'hui.
Faudra être indulgeant (Ou simplement me faire recommencer XD)


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Mer 23 Mai - 16:56

Bienvenue parmi nous ne te fais pas de soucis pour ta fiche Wink Si tu as des questions n'hésite pas Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Mer 23 Mai - 17:11

Bienvenue, super choix d'avatar *-*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Mer 23 Mai - 17:27

Hey, merci à vous deux!
Je crois justement avoir terminé ma présentation. Je sais que les trouble psychiatrique de Marshall sont peut-être difficile à suivre, mais je vais sans doute éclaircir les choses dans ma fiche de lien. Ce n'est rien de sorcier au fond.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Mer 23 Mai - 18:10

Bienvenue par ici !
Excellent choix de célébrité en effet ! Wink
Et bien.. bonne chance pour ta validation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Mer 23 Mai - 18:34

Je suis encore qu'une récente âme échouée par ici, mais bienvenue! ^^
Plus on est de fous, ... ... plus on est de fous! =D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Age : 28
Messages : 372
Date d'inscription : 04/01/2012
Célébrité : Gaspard Ulliel

Scanner rétinien
Secret ou autre...:
Âge du perso: 26 ans
Statut: Hétéro/Célibataire
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Mer 23 Mai - 21:15

Bienvenue sur le forum, j'allais te souhaiter bon courage pour ta fiche mais finalement tu l'as déjà terminée xD là je ne fais que passer ce soir mais tu seras validé demain sans faute si tout est bon ^^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemforanightmare.forumgratuit.org
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Mer 23 Mai - 21:57

Okay, c'est parfait Ezechiel. Merci de ce bref passage =)
Et merci à vous aussi Zippora & Heather!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Age : 28
Messages : 372
Date d'inscription : 04/01/2012
Célébrité : Gaspard Ulliel

Scanner rétinien
Secret ou autre...:
Âge du perso: 26 ans
Statut: Hétéro/Célibataire
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué. Jeu 24 Mai - 8:57

Tout est en ordre et j'ai beaucoup aimé ta fiche ^^ Il ne manque que ton âge mais je respecte le fait que tu ne veuilles pas le donner. Je te valide donc et tu peux continuer l'aventure Wink

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemforanightmare.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.

Revenir en haut Aller en bas

Marshall ✘ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Il faut vivre.» DARLING petit bichon facile à vivre (78) ADOPTE» j'voulais pas t'faire tomber ... [Libre]» L'art de bien vivre à Versailles [PV Henriette d'Angleterre]» Jeffrey Joshua Marshall est arrivé. Décollage immédiat !
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For a Nightmare :: Casiers Judiciaires :: Scans Validés-