Partagez|

Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Jeu 10 Mai - 17:33



MADEMOISELLE, RACHELLE BLUEBERRY BLOOM



(Ici mettez l'image ou le gif que vous souhaitez)


ÂGE : 25 ans
DATE DE NAISSANCE : 27 Décembre 1986
LIEU DE NAISSANCE : Paris
MÉTIER : Psychologue
CÉLÉBRITÉ : Olivia Wilde
CODE RÉGLEMENT : ok by Mischa



VOTRE PSEUDO : Sayo
VOTRE ÂGE : 21 ans
DISPONIBILITÉ : 5/7 jrs
AVIS SUR LE FORUM : Je l'aime toujours autant et surtout merci Ezechiel de me donner une seconde chance ♥

Orientation sexuelle :
Hétéro
Bisexuelle
Gay
Autres

Statut :
En couple
Célibataire
Compliqué

Groupe :
Keep Calm
Take Care
Industrial Disease
Natural Born Killer
Dangerous and Free
Free and Rebellious


HISTOIRE

Mon âme s'éclaire quand le jour sombre.
Il était une fois dans un pays non imaginaire, une histoire loin d’être extraordinaire. Paris, la ville des Lumières, de la connaissance, de la beauté. En ce 27 Décembre de l’année 1986, le froid et la pluie s’étaient abattus sur la capitale française. Deux jours seulement après Noël et dans quatre jours le nouvel an, les habitants de la plus belle ville du monde devaient retrouver leur petit train de vie quotidien, retourner au travail, reprendre le métro toujours aussi rempli. L’agitation de cette ville ne cessait pas malgré le temps qui incitait à rester bien au chaud sous la couette de son lit. Mais cette journée morne n’avait rien d’habituel pour certaines personnes. Louise Legrand a été emmenée d’urgence à la clinique la plus proche de chez elle. Le bébé qu’elle portait depuis 9 mois était sur le point de montrer le bout de son nez. Les contractions avaient commencé, l’accouchement était proche. Plusieurs minutes après son admission à la clinique, le père arriva. Il avait dû quitter son travail en catastrophe pour retrouver sa femme. Après plusieurs heures de travail en salle d’accouchement, les cris finirent alors par retentir. Ces larmes de douleur pour le nouveau né étaient pourtant signe de soulagement pour les très jeunes parents. En effet, William, le père, était tout fraichement diplômé de l’université de New York et quand à Louise, elle avait abandonné ses études de médecine dès qu’elle sût qu’elle était enceinte. Mais revenons à cette petite fille qui pleure toutes les larmes de son corps. La sage femme s’approcha des parents et donna le bébé à sa mère, demandant alors comme leur petite princesse allait s’appeler. Les deux amoureux se regardèrent en souriant, connaissant déjà la réponse et aimant les deux prénoms choisis. William, dont l’accent américain était plus que perceptible, annonça comment allait s’appeler l’enfant. Rachelle Blueberry Bloom. Rachelle pour rappeler ses origines françaises, et quand elle sera aux Etats-Unis, ses amis n’auraient aucun problème pour prononcer son prénom. Et Blueberry car il fallait bien que dans ses deux prénoms il y en ait un qui soit à consonance anglo-saxonne.

De Français, Rachelle n’en a que les origines et le prénom. Très peu de temps après sa naissance, ses parents s’installèrent à New York et elle ne quitta plus jamais la grosse pomme de sa vie. La vie de Rachelle fut simple et heureuse. Fille d’un avocat et d’une infirmière, la petite new yorkaise ne pouvait manquer de rien. Si ce n’est peut être un autre membre de la famille. Rachelle fut l’aînée et la seule enfant de la famille Bloom, à son grand regret, elle n’avait personne pour jouer avec elle. Heureusement les nombres activités extrascolaires qu’elle pratiquait, comme la danse et la musique, lui permirent de combler le « vide » qu’elle ressentait à jouer toute seule. Et puis bon, il n’y avait pas que les activités qui la rendaient sociale. Toujours souriante et enjouée, la petite Bloom n’avait aucun problème à se faire des amis. A être une fille normale et au fil des années une adolescente sans problème. La crise d’ado, les parents de Rachelle diront qu’elle ne l’a jamais eu. Toujours respectueuse de ses parents et bosseuse à l’école, elle n’était pas première de sa classe mais elle était très loin devant le dernier. Même les règles de sécurité supplémentaires durant ses 14 ans ne lui avaient pas donné une âme rebelle. Enfin ça c’est la version officielle des parents de Rachelle, la version officieuse est quelque peu différente. L’adolescence est loin d’être la période où on respecte bien sagement les règles. Après tout les règles sont faites pour être transgressées. Assez rapidement, la jeune fille passait par la fenêtre de sa chambre pour rejoindre ses amis les plus proches et passer ainsi la nuit tous ensemble dans un bunker à l’écart de la ville. Durant ses soirées interdites, les adolescences profitaient tout simplement de ce qu’on essayait par tous les moyens de leur arraché, leur jeunesse. Alcool et cigarettes qui font rire étaient évidement de la partie. Pas à 14 ans je vous rassure, mais à 16, 17 ans, il fallait bien faire ses premières expériences avant de passer leur premier scanner, où s’il était positif, leurs soirées ne seraient réellement plus qu’un souvenir amère. Ne sachant pas ce que le gouvernement allait leur imposer encore pour les brider autant en profiter. S’il faut mourir, autant vivre à en crever. Et cette philosophie, Rachelle l’avait bien adoptée. A cette époque, la New Yorkaise fumait comme un pompier et buvait comme un trou, au point qu’elle passait parfois une partie de la nuit dans le bunker, ivre morte, et elle rentrait comme elle pouvait chez elle pour ne pas se surprendre par ses parents.

Ce train de vie là, Rachelle continua de l’adopter jusqu’à ses 21 ans. Non pas qu’elle avait peur que le scanner allait lui révéler qu’elle serait positive, apparemment la machine ne considérait que d’avoir volontairement mal au crâne une fois par semaine était un crime punissable d’emprisonnement à l’asile. Mais tout changea dans la tête de la New Yorkaise, alors étudiante en psychologie, lorsqu’elle regarda les informations du matin à la télévision. Son meilleur ami avait été tué. Chaque fois qu’ils sortaient, il la raccompagnait chez elle pour qu’elle ne rentre pas seule avant de lui-même rentrer chez lui. Mais cette fois il n’avait pas eu cette chance. Il avait été retrouvé mort le matin. C’est complètement bouleversé, traumatisé qu’elle alla à son cours ce jour là. Toutes les fois où elle était sortie depuis ses 14 ans, elle aurait pu être tuée, tout comme son meilleur ami. Rachelle ne put s’empêcher de tout remettre en question et pour une fois, elle comprit l’intérêt du couvre feu. En la mémoire de son ami de toujours, elle se jura qu’à partir de maintenant, elle respecterait les règles du gouvernement, sans les remettre en question. Se renfermant sur elle-même, ne voulant plus voir ses amis qui l’avaient entrainé à enfreindre le couvre feu de 21h, Rachelle se concentra uniquement sur ses études, ne sortant plus et arrêtant net de fumer et de boire. Etant donné que ses études passaient avant tout, c’est sans mal que la jeune fille, devenue maintenant une femme, obtenu son diplôme de psychologue. Elle avait toujours voulu aider les gens, certes en scindant leur esprit, mais de cette manière elle pouvait les comprendre. Et comment pouvait-elle aider si elle ne comprenait pas l’esprit de la personne qu’elle avait en face ? Elle s’était toujours imaginée travailler dans un hôpital ou dans un cabinet avec d’autres psychologues, à soigner les psychoses et les névroses de personnes lambda, toute à fait ordinaires. Mais avec l’accident et la mort de son meilleur ami, une autre vision des choses s’était clarifiée dans la tête de Rachelle.

C’était les personnes complètement dérangées qu’elle voulait comprendre, ceux qui n’ont plus rien, si ce n’est leur haine, leur désespoir pour compagnie, et raison. Et pour ça, le gouvernement avait créé le projet « Requiem For a Dream », avec le principe du scanner et de ceux qui n’ont pas la chance d’être négatif. Elle voulait comprendre ces tueurs ou ceux qui ne l’avaient pas encore fait. Elle proposa rapidement sa candidature en tant que psychologue, à la limite de la psychiatrie. Elle passa des entretiens avec les responsables de l’asile, son dossier était retenu. Pour quelles raisons elle se distinguait des autres candidats, ça Rachelle l’a toujours ignoré et ce n’était pas important. Ce qui comptait c’est qu’elle serait à l’asile. Ou pas… La direction manquait de place pour du personnel supplémentaire et de plus, le directeur assura qu’une jeune femme serait bien plus en sécurité si elle faisait l’aller-retour tous les jours, comme tout travailleur normal. Plutôt déçue de ne pouvoir être sur place, Rachelle se contenta de revenir tous les matins et d’étudier toute la journée les nombreux résidents de l’asile. Surtout un en particulier. Un homme pas comme les autres. Dans son esprit mais surtout… Rachelle ne saurait expliquer pourquoi elle avait tant besoin d’être à ses côtés, de s’assurer que tous les matins à son arrivé, il avait survécu à ce qu’il se passe la nuit. Elle avait besoin de savoir et chaque soir c’était la boule au ventre quand elle devait repartir. Mais elle le savait, un jour elle serait sur place et elle pourrait s’assurer qu’il allait bien. Elle fera autant de demandes qu’il faudra mais un jour, elle sera aux côtés d’Ezechiel, il ne pouvait pas en être autrement. C’était… Impossible…



QUARTIER LIBRE


Si l'histoire s'en souvient, l'avenir nous appartient.
Le réveil retentit dans la chambre de Rachelle. Les premiers rayons de soleil traversaient déjà la fenêtre, illuminant la pièce avec encore une timidité certaine. Le bruit strident et aigu de l’appareil sortit la jeune fille de son sommeil lourd. D’un geste mécanique, elle tendit le bras pour faire cesser ce son qui irritait tant ses oreilles. Quelques instants plus tard, la jeune fille retombait dans les bras de Morphée, complètement épuisée. Le sommeil pesait sur ses paupières, elle ne pouvait résister à leur lourdeur. C’est la voix si attendrissante et aimante de sa mère qui la fit revenir Rachelle dans le monde réel. « RACHELLE ! DÉPÊCHE TOI, TU VAS ÊTRE EN RETARD ! ». La jeune fille n’eut d’autres choix que d’écarter sa couette et de se lever. Son premier réflexe du matin, prendre une douche pour effacer toute trace suspecte de la soirée de la veille. Car oui, la jeune fille sans histoire n’était pas tout à fait celle qu’on pourrait croire. Sous ses airs d’élève, plus ou moins, sérieuse, se cacher une fêtarde depuis 7 ans déjà. Mais étant donné qu’elle était censée respecter le couvre feu de 21h, elle devait avoir l’air parfaitement réveillé aux yeux de ses parents. Sous les jets d’eau chaude, l’étudiante se rappela de sa soirée. Rendez au bunker comme d’habitude, quoique la semaine c’était plus rare que le week end end. Les cigarettes et les shooters s’étaient alors rapidement enchaînés. Mais pour une fois, au risque de passer pour une mijaurée, Rachelle refusa de boire énormément mais toutefois ne se dérangeait pas pour fumer cigarette sur cigarette. Le lendemain, elle avait cours et elle ne voulait pas être trop défoncée. Vers 3h du matin, son meilleur ami, Jonathan, l’avait raccompagné chez elle comme d’habitude avant de rentrer lui aussi se coucher.

En sortant de sa douche, Rachelle se regarda dans la glace afin de s’assurer qu’aucune trace de fête n’était sur son visage mais à part des cernes bien prononcés, rien n’aurait pu laisser présager que la jeune fille avait passé la soirée, et même une partie de la nuit, dehors. Rachelle retourna dans sa chambre pour se préparer. Le ciel était dégagé mais elle se doutait que même si le temps était doux, la température ne serait pas exotique. Cependant, elle n’avait pas envie de s’emmitoufler dans des gros pulls et autres vêtements du même genre, c’est pourquoi l’étudiante choisi un T-shirt blanc, un short en jean et des collants opaques. Une fois habillée, les ballerines mises aux pieds et sa veste en cuir sur le dos, la jeune fille retourna rapidement dans la salle de bain pour se maquiller, histoire de passer encore plus inaperçue. La préparation enfin terminée, Rachelle attrapa son sac de cours préparé soigneusement la veille, elle se doutait qu’elle serait complètement dans le gaz et qu’elle n’aurait pas la tête à mettre ses affaires dans son sac. La jeune fille descendit alors rejoindre ses parents au rez-de-chaussée. Comme d’habitude, William le père de Rachelle, était assis à la table en train de relire ses piles de dossier, son boulot d’avocat dans un grand cabinet de la grosse pomme ne lui laissait que peu de temps de loisir, même avec les scanners, les avocats n’étaient pas prêts d’être au chômage. Et quand à sa mère, malgré l’heure matinale, était déjà entrains de s’affairer aux tâches ménagères tout en regardant les informations sur CNN. Rachelle alla dans la cuisine une pomme et une bouteille d’eau qu’elle rangea dans son sac et attrapa finalement le thermos rempli de café. Elle allait sortir de la cuisine pour prendre le chemin de la fac quand la voix de la présentatrice lui sembla avoir parlé plus fort que d’habitude.

« …Un jeune homme a été retrouvé hier soir, mort. Nous en saurons plus avec notre invité spécial, déjà sur place. » . Rachelle s’approcha de la télévision, sa mère s’arrêtant également pour écouter cette histoire morbide. « Effectivement, c’est ce matin que la police à retrouver le corps d’un jeune homme, un certain Jonathan O’ Donnel. D’après les premières estimations des médecins, la victime aurait été assassinée cette nuit aux alentours de 4h du matin. Visiblement encore un jeune qui ne respecte pas le couvre feu… Et un autre qui risque de se retrouver au No Man’s Land. ». Le reste, Rachelle n’avait pas la force d’en écouter davantage. En entendant le nom du meilleur ami de leur fille, William et Louise s’étaient rapprochés de Rachelle pour la soutenir. La jeune fille avait l’impression que le monde s’était écroulé autour d’elle, les ténèbres avaient envahies la pièce et son cœur, la laissant complètement seule face à cette réalité. Elle entendit vaguement la voix de la mère lui demandant si elle voulait rester à la maison plutôt que d’aller en cours. Rachelle souffla un non et sortit de la maison. Elle n’irait pas à croire ce qu’elle venait d’entendre, ça ne pouvait pas être vrai, ce n’était pas possible. Machinalement, la jeune fille prit le chemin du métro.

Toute la route elle n’avait de cesse de penser à son meilleur ami, les images de CNN revenaient sans cesse dans sa tête. Le corps de son meilleur ami, froid sur le sol. Qui avait pu faire ça ? Pourquoi ? Des questions qui hurlaient dans la tête de Rachelle. Son téléphone sonna soudainement, quelqu’un essayait de l’appeler. Elle décrocha sans regarder qui l’appeler mais elle reconnut tout de suite la voix de la personne. Il s’agissait d’un membre de la bande qui lui demandait si elle était au courant, si elle savait quelque chose. Personne n’en revenait, personne ne pouvait en revenir. Jonathan était un ange, un petit agneau qui voulait juste vivre sa vie tranquillement dans son coin. Elle raccrocha sans répondre, elle n’en avait pas la force, à tel point qu’elle ne put empêcher plus longtemps les larmes qui avaient pris d’assaut ses yeux gonflés. Elle s’adossa quelques instants contre un mur, le long d’un couloir désert. Les larmes coulèrent sur son visage, sa gorge se serrait de plus en plus fort. Elle essaya de se contrôler le plus vite possible. Cette nuit on lui avait enlevé son meilleur ami, pour lui elle se devait d’être forte et d’y arriver. La jeune femme essuya ses yeux avant de repartir vers la rame de métro. Elle s’installa tout au fond afin d’être tranquille. Elle n’arrivait pas à croire que les gens pouvaient avoir encore une vie normale, qu’ils se fichaient de ce qui avait pu se passer la nuit dernière. Et pourquoi ils avaient fait ça ? Qui auraient bien pu faire ça ? Pourquoi le scanner n’avait pas détecté ces salauds qui lui avaient enlevé celui qu’elle considérait comme un frère ? Elle essuya ses larmes du revers de sa main et entra dans le métro. Elle s’installa là où il y avait le moins de monde pour pouvoir être tranquille, pour ne pas être dévisagée. Elle continua d’essuyer le maximum de ses larmes, revivant dans sa tête toutes les secondes qu’elle avait vécu au côté de Jonathan. Son arrêt et l’arrivé de ses amis de la fac la firent ressortir de ses sombres pensées, bien qu’elle ne pouvait s’empêcher de penser à ce qu’il s’était passé. Elle était complètement déconnectée de la réalité, de ce qu’il se passait autour d’elle. Ses amis ne pouvaient pas ne pas voir cette absence assez inhabituelle chez la jeune étudiante.

Tous les étudiants entrèrent dans l’amphithéâtre, Rachelle déposa son sac et sortit son ordinateur portable. Le cours ne tarda pas à commencer et comme tout le monde, elle commença à taper et à boire les paroles de son professeur, jusqu’à ce que ce dernier fasse une pause dans son cours pour répondre à une question. La jeune fille regarda alors par la fenêtre, oubliant complètement l’amphi dans lequel elle se trouvait. Le visage de son meilleur ami défila à nouveau devant ses yeux qui commencèrent à s’humidifier à nouveau. Pour cacher ses larmes incontrôlables, Rachelle plongea son visage dans ses bras. Tous les souvenirs apparaissaient à nouveau jusqu’au dernier, la dernière fois qu’elle avait vu Jonathan, hier soir. Hier soir, s’il était passé par la rue qu’il avait prise, celle où il s’est fait tué, c’était parce qu’il avait raccompagné Rachelle chez elle, pour qu’elle ne rentre pas seule. S’il était mort, c’était sa faute. Pas directement c’est sur mais si elle n’était pas sortie ce soir là, si elle avait respecté le couvre feu comme tout le monde, Jonathan serait encore parmi les vivants, il n’aurait pas été retrouvé sans vie en pleine rue de New York. Tout ce qui c’était passé cette nuit, c’était à cause de Rachelle. Son âme lui hurlait dans la tête, elle l’avait tué, elle était responsable. Elle en voulait à ceux qui avaient porté leurs coups contre son meilleur ami mais le vrai coup fatal, c’était Rachelle qui l’avait porté à son meilleur ami. Elle l’avait condamné à mort alors qu’elle était condamnée à vivre avec ce remord, cette responsabilité. Elle se mit alors à redouter son prochain scanner. Et s’il voyait cette histoire comme un meurtre et qu’elle allait se retrouver aussi au No Man’s Land… Beaucoup de gens diraient qu’elle n’y pouvait rien, que c’était son heure, qu’elle n’aurait pas pu ni le prévoir ni l’empêcher. Mais c’était plus facile à dire qu’à supporter. Combien de ceux qui lui diront ça auront réellement vécu cette situation ? La jeune fille imaginait déjà très bien le résultat.

Rachelle n’avait pas repris une seule note durant le reste du cours et quand la pause fut arrivée, ses amis lui proposèrent d’aller fumer une cigarette devant la fac. Elle refusa la proposition, l’idée de se retrouver face à tout le monde l’effrayait plus qu’autre chose et elle ne ressentait absolument pas le besoin de fumer une cigarette. Ses larmes avaient remplacé son quota de nicotine par jour. Au lieu de sortir prendre l’air, Rachelle se dirigea vers les toilettes des filles où elle se pencha vers la cuvette pour y vomir. Elle perdait complètement le contrôle de son corps, son estomac la faisant souffrir plus que jamais et sa gorge qui se nouait à tel point qu’elle en avait du mal à respirer. Rachelle se laissa tomber le long de la paroi du toilette et pleura à nous, à l’abri des regards indiscrets. Son téléphona sonna à nouveau, c’était encore un ami de sa bande d’hier soir. La jeune fille regarda le nom pendant quelques secondes. S’ils étaient sortis c’était à cause d’eux… C’étaient eux qui les avaient entrainés à se rebeller contre le gouvernement, s’il y avait ces restrictions, ce n’était peut être pas pour rien. Tout était leur faute ! Rachelle jeta alors son portable contre la paroi en face d’elle. Elle voulait que personne ne lui parle, surtout pas eux. Ils lui avaient pris ce qu’elle avait de plus précieux et bientôt, ils l’auraient elle… Il fallait qu’elle coupe les ponts avec eux, elle n’avait pas le choix si elle voulait survivre. Pour son meilleur ami, elle devait vivre, elle lui devait bien ça. Rachelle ramena ses genoux vers elle et posa son menton dessus. Pour lui également, elle comprendrait ce qu’il s’était passé, elle comprendrait le pourquoi du comment. Elle lui devait au moins bien ça… qu’il ne soit pas mort pour rien. Elle le vengerait non pas en tuant, cela ne ramènerait pas son meilleur ami depuis toujours, mais au moins comprendre, analyse le cerveau de ces personnes, ça sera un moyen de lui expliquer pourquoi il était mort. Ces gens du No Man’s Land, elle les étudierait tous. Pour soulager sa peine et sa conscience. Elle n’avait plus que ça pour se rattacher au fil, si mince, de la vie. Tous ces tueurs s’étaient lancés dans une descente aux enfers. Et Rachelle descendrait avec eux…


CODE A POSTER A LA SUITE EN MAJUSCULE :

Code:
OLIVIA WILDE ☼ RACHELLE B. BLOOM


Dernière édition par Rachelle B. Bloom le Lun 14 Mai - 13:38, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Age : 28
Messages : 372
Date d'inscription : 04/01/2012
Célébrité : Gaspard Ulliel

Scanner rétinien
Secret ou autre...:
Âge du perso: 26 ans
Statut: Hétéro/Célibataire
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Jeu 10 Mai - 17:49

Bienvenue de nouveau Wink et bon courage pour ta fiche ^^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemforanightmare.forumgratuit.org
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Jeu 10 Mai - 18:10

Merci beaucoup ♥

Je vais essayer de bien avancer l'histoire ce soir (et espérer même la finir)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Jeu 10 Mai - 18:15

Rebienvenue par ici.
Bon courage pour la fin de ta fiche, excellent choix de scénario. I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Jeu 10 Mai - 18:43

Re bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Jeu 10 Mai - 18:50

Merci beaucoup ^^

Hop histoire postée I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Jeu 10 Mai - 20:41

(Re) bienvenue il faut croire Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 15/04/2012
Célébrité : Amber Heard
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Jeu 10 Mai - 21:12

re bienvenueeeeeeeeeeee
arrrrrg Olivia a des louboutiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiins sur tes giiiiiiiiiiiifs aaaaaaaaaaaaaarg <3

_________________

ange et démon
Hélas ! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit : "Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,Imbécile ! de son empire si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient Le cadavre de ton vampire !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Ven 11 Mai - 8:28

Merci à vous deux ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 16/04/2012
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Ven 11 Mai - 18:43

Bienvenue Numéro 13 Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Ven 11 Mai - 18:47

Merci ^^

Jensen Ackles en collègue, je veux un lien ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 16/04/2012
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Ven 11 Mai - 19:17

Ah oui c'est vrai nous sommes collègues ;P

Pas de soucis pour le lien avec plaisir, en tout cas bonne chance pour ta fiche !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Dim 13 Mai - 10:00

ReWelcomeeee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Dim 13 Mai - 20:48

Merci Lynn ♥

Et voila RP posté et donc je pense, fiche terminée ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 15/04/2012
Célébrité : Amber Heard
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Lun 14 Mai - 7:45

je laisse le soin a Ezechiel de te valider si quelque fois il a des suggestions a ajouter <3

_________________

ange et démon
Hélas ! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit : "Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,Imbécile ! de son empire si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient Le cadavre de ton vampire !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Lun 14 Mai - 13:18

bienvenue !!! Olivia, ma femme lol
ps: vrac ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Lun 14 Mai - 13:37

Re-bienvenue Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Lun 14 Mai - 13:41

Merci ^^

Jamie Bell il nous faudra un lien qui tue c'est obligé, j'adore trop ce mec ♥️

PS : oula faut que j'arrête de fumer les cigarettes qui font rire moi xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Lun 14 Mai - 15:33

avec grand plaisir !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Age : 28
Messages : 372
Date d'inscription : 04/01/2012
Célébrité : Gaspard Ulliel

Scanner rétinien
Secret ou autre...:
Âge du perso: 26 ans
Statut: Hétéro/Célibataire
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac... Mer 16 Mai - 9:53

Eh bien je te valide ^^ Bienvenue chez les fous et j'ai hâte qu'on commence à rp

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemforanightmare.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac...

Revenir en haut Aller en bas

Je suis insomniaque... J'ai le coeur en vrac...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» ✚ Je suis de mon coeur le vampire, l'un de ces grands abandonnés... (eden) - uc» Coeur de Feuille - Solitaire & vaillant || 2 sept.» Les liens du sang ne sont que des illusions, mais ceux du coeur sont issus d'une véritable passion» Je suis l'as de trèfle qui pique ton coeur, carreau. (Invités Poker)» *Mais non, je suis pas bourrée...* {Aaron au début... Puis si d'autre veulent intervenir, à vot' bon coeur :D}
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For a Nightmare :: Casiers Judiciaires :: Scans Validés-