Partagez|

Desperate and broken (PV Raphaelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Desperate and broken (PV Raphaelle) Mer 9 Mai - 11:45

Les portes des cabines de sanitaires claquent sur le passage de deux hommes qui s'enfuient. Debout dans la salle d'eau, Bart essuie d'un revers de la main le sang maculant sa bouche. Sa lèvre est fendue, mais il leur a tenu tête. Peu lui importait les coups qu'il recevait, l'important était d'avoir le dernier mot. Il s'en était tiré sans trop de dommages. D'un pas un peu chancelant, il se dirige vers les lavabos, empoignant le bord de faïence froide. Relevant la tête, il souffle sur une de ces satanées mèches trop longue que Sithael refuse catégoriquement de couper. D'un oeil critique, il jauge son reflet. Une arcade gonflée, une lèvre fendue...il souleva ce qui lui servait de tee-shirt et remarqua l'immense hématome qui était en train d'apparaître sur ses côtes. De l'index, il appuya franchement dessus en serrant les dents. Rien de cassé, c'était le principal et assez surprenant vu les coups de pieds dont on l'avait gratifié il y a quelques minutes. Bart fit couler un fin filet d'eau et se nettoya sommairement le visage. La sensation froide anesthésia un peu le feu qui irradiait le contour de son oeil droit. Sithael allait se réveiller dans un état pas très agréable autant le rendre un minimum présentable. L'eau se teinta de rose en s'écoulant dans la bonde.
Fermant les robinets, Bart tendit l'oreille. Des pas. Quelqu'un approchait. Certainement pas ses anciens agresseurs, il leur avait laminé les genoux et ils étaient partis en boîtant. Il aurait reconnu leurs pas entre milles. Courbé au-dessus du lavabo, le regard de Bart était rivé sur la porte. Les muscles tendus, il attendait que la poignée tourne. S'il s'agissait d'ennemis, il n'aurait pas beaucoup de temps devant lui. Il sentait Sithael se démener sous son crâne pour revenir sur le devant de la scène. La porte s'ouvrit soudain sur une détenues. Le temps sembla se suspendre tandis que leurs regards se croisèrent. Bart mit un nom et un prénom sur ce visage. Des flashes rapides l'assaillirent tandis que ses idées s'assemblaient. C'était l'une des rares personnes qui s'intéressait à Sithael. Bart haïssait ce genre de personnes. Avec elle, il n'avait aucun poids, aucune raison d'être. Elle était l'un des obstacles à sa prise complète de pouvoir sur Sithael. Tant qu'il y aurait quelqu'un qui s'intéressera à son vaisseau, jamais Bart ne pourra exister.
Son reflet dans le miroir se troubla, attirant son attention. L'image qu'il renvoyait avait les deux mains appuyées sur la surface. Sithael...ses poings frappaient à coups redoublés sur le miroir qui soudain, se brisa en une multitude de morceaux libérant le prisonnier. Bart étouffa un juron. Il aurait du détourner les yeux, ignorer son hôte pour rester encore un peu. Au lieu de cela, il se sentit tomber et toute sensation disparut.

Reprenant soudainement conscience, la première chose qui frappa Sithael fut la douleur intense qui lui vrilla les côtes puis celle qui lui enflammait le visage. Incapable de prendre une inspiration, ses genoux fléchirent et sa main se crispa sur le bord du lavabo. Réflexe dérisoire pour amortir sa chute. Avec une lenteur hypnotique, ses genoux cédèrent sous son poids et le sol vint brusquement à sa rencontre. Comme Sithael détestait "revenir" dans ces circonstances. Il ne savait pas comment il était arrivé dans la salle d'eau, il ne savait pas ce qu'il venait de se passer, qui l'avait frappé, qui il avait frappé, qui allait lui en vouloir à mort très bientôt. Bart semait un peu partout les graines de la discorde mais la récolte, c'était toujours pour lui. Et plus le temps passait, plus les fruits étaient mauvais et pourris à tel point que Sithael devait fatalement faire appel à son alter-ego pour sauver ses fesses. Pendant un moment, il avait cru que Bart le faisait exprès, juste pour pouvoir avoir droit de sortir. Mais il s'était montré tellement convaincant, réfutant chaque interrogation, chaque doute par une parole apaisante et rassurante...Sithael ne pouvait lui en vouloir très longtemps. S'ils étaient toujours en vie, c'était bien grâce à lui. Et sans Bart, Sithael ne donnait pas cher de sa peau.
Assis au sol, il essayait de respirer calmement, par petite inspiration. C'est alors qu'il s'aperçut que quelqu'un était dans la pièce avec lui. Le retour d'un bourreau? Il souhaita de tout son coeur que ce ne soit pas le cas. Des pas inconnus avancèrent dans sa direction, lentement, précautionneusement. Cloué au sol par la douleur, Sithael retint sa respiration. S'il ne faisait pas de bruit, l'autre passerait son chemin. Il ferma les yeux, baissant la tête, essayant de se faire le plus petit possible malgré l'élancement de ses côtes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Desperate and broken (PV Raphaelle) Sam 12 Mai - 11:58

Cela faisait si peu de temps que j'avais été transférée ici. Une ou deux semaines. Peut être trois. Je ne savais pas précisément. Toute notion du temps m'avait quittée. Je n'avais pas besoin de savoir quel jour nous étions, ni quelle heure il était. Tout ça n'était pas, plus, de la première importance. Maintenant, la seule chose qui occupait chaque jour, chaque minute et chaque seconde mon esprit, c'était survivre. Survivre et espérer. Mais espérer quoi ? Un coup d'état ? Une invasion alien ? N'importe quoi qui puisse me sortir de là. Depuis mon arrivée, j'avais vu et subie tellement d'horreur que même l'impossible devenait possible. On ne m'avait rien donné, on m'avait juste abandonné ici. Comme une ordure. Je portais encore la robe du jour où j'avais fêté mon anniversaire avec Logan. Et elle ne m'aidait pas pour me débarrasser des avances des fous. Mes cheveux étaient abimés, j'avais des bleus sur le visage et sur les bras. Mais ce n'était que ceux visibles. En réalité, j'en avais sur tout le corps. J'avais maigri. Je crois que c'était ce qui ce voyait le plus. De gros cernes encadraient mes yeux. Je ne pouvais pas dormir convenablement la nuit. Je somnolais, et encore. Jamais depuis mon arrivée Morphée n'a réussi à m'emmener dans ses bras, et c'est une chose que je regrette. Le sommeil est réparateur, et si l'on ne dort pas, on tend peu à peu vers la folie, la paranoïa. Le corps faibli, on devient une cible tellement facile... Je me sentais plus en sécurité la journée. Pur paradoxe, car nous n'étions en sécurité nul part. Je ne comprenais toujours pas ce qui se passait. Moi, petite française en voyage à New York se retrouve dans un asile psychiatrique parce que dans mon futur, je tuerais quelqu'un ? Tuer quelqu'un ? Personne n'avait pu m'expliquer ce qu'était réellement ce système. En vérité, je n'avais posé la question à personne. Les personnes qui ont créer cet endroit sont aussi atteintes que celles qui sont à l’intérieur !

J'avais prévu d'aller me laver aujourd'hui. Cela faisait un certain temps que ma peau n'avait pas senti le réconfort de l'eau. Et puis, il fallait bien que je fasse partir les traces de sang autour de la morsure sur mon bras. Oui, une folle m'avait mordue jusqu'au sang. Pour quelles raisons ? Bonne question, mais je ne me risquerais pas à aller la lui poser. La seule chose que je détestais plus que de m'endormir, de sombrer dans les profondeurs des ténèbres réparateurs, c'était les sanitaires et plus particulièrement, les douches. Je devais me déshabiller, et c'était l'endroit où je me sentais le plus vulnérable. Nue, sous l'eau, tout pouvait m'arriver. D'ailleurs, une fois, un homme en avait profité pour me frapper sous l'eau. J'avais l'impression que mon corps commençait à s'habituer aux coups. Comme anesthésier contre les coups temps qu'ils ne sont pas trop forts. Dans les couloirs qui menaient aux douches, deux hommes couraient. Je me collais contre le mur pour me faire toute petite. Je faisait tout pour éviter de me faire frapper. Ici, ce n'était pas un jeu. A chaque pas, on pouvait se faire tuer. Et qui s'en soucierait ? Un mort de plus, une ordure en moins, ce serait un soulagement pour tous ces gardiens qui frappaient les détenus autant que les pires ordures des sous-sols. Ce n'est qu'après le passage des deux hommes que je me retournais pour regarder leurs silhouettes disparaitre au bout du couloir. Je remarquais qu'ils boitaient. Tout les deux. Un pressentiment me fit frissonner. Ils sortaient des douches. Il y avait donc encore quelqu'un là-bas. De dangereux puisque apparemment, il -ou elle- avait bien amoché ces deux hommes. J'avançais prudemment en essayant de faire le moins de bruit possible. Je ne savais pas ce qu'il s'était passé, ni qui était la dedans. J'arrivais enfin devant la porte. J'hésitais de longues secondes la main sur la poignée. Je l'ouvre ? Je l'ouvre pas ? Finalement, je fis tourner la poignée et la porte s'ouvrit dans un grincement.

Ce que je vis me stoppa net. Sithael, était là, les mains appuyées sur le lavabo, le regard fixer dans le mien. Nous restâmes quelques instants les yeux fixés dans ceux de l'autre, puis il tourna la tête et fixa son reflet dans le miroir. Soudain, je le vis chanceler dangereusement, puis, il s'écroula sur le sol. Mon corps refusa catégoriquement de bouger et mon esprit tournait à cent à l'heure. Que lui avaient-ils fait ? Alors que les questions se bousculaient dans ma tête, je vis Sithael s'assoir. Il avait apparemment vu que quelqu'un était là, mais savait-il que c'était moi ? J'eus la réponse à ma question instantanément quand je vis le jeune homme se crisper, fermer les yeux et baisser la tête pour prendre le moins de place possible sur le sol. J'avançais doucement dans sa direction et m'agenouillais près de lui. Je glissais une main rassurant sous son menton pour lui relever la tête et le forcer à me regarder. Quand je vis l'état de son visage, mon coeur s'accéléra et un hoquet de stupeur s'échappa de mes lèvres. « Oh mon Dieu ! Sith' ! Qu'est-ce qu'ils ton fait ?! » Je le pris doucement dans mes bras alors que quelques larmes coulaient en silence le long de mes joues. J'espérais que ma présence serait rassurante pour le jeune homme. Je ne voulais pas l'effrayer plus qu'il ne l'était déjà.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Desperate and broken (PV Raphaelle) Dim 13 Mai - 19:26

Plus les pas se rapprochaient plus le coeur de Sithael s'emballait. Ses lèvres remuèrent en silence, égrenant une prière pour un Dieu qui avait toujours été absent. Une sorte de réflexe stupide et très humain en fin de compte. Bart éclatait de rire à chaque fois. Il n'avait jamais aimé ces "prières" futiles qu'elles soient religieuses ou très enfantines (du genre "si je ne croise personne habillé en noir, tout ira bien aujourd'hui"), il lui répétait souvent que ce n'était que superstitions. C'était se raccrocher à du vent. Plus on nourrit l'espoir, plus dure sera la chute. Il n'y a aucun Dieu ou aucune ange qui déboulera du ciel au son de trompettes. Il n'y a que lui, Bart, qui peut les sauver tous les deux.

L'ombre d'une silhouette enveloppa Sithael, occultant pendant quelques secondes la lumière crue qui éclairait les lieux. Instinctivement, il leva un bras dans un geste désespéré. Mais aucune violence ne lui répondit. Bien au contraire. La silhouette s'agenouilla à côté de lui. Sith' risqua un coup d'oeil sur le visage de la personne qui venait après la tempête. Raphaelle...ils étaient peu nombreux les autres détenus à ne pas oublier qu'ils avaient été humains. Sithael était interné depuis quinze ans, la moitié de sa vie en quelque sorte. Il avait assisté à de nombreuses reprises à cette transformation plus ou moins longue qui modifiait les comportements. Chaque nouvel arrivant passait par plusieurs phases. L'incompréhension, la peur, les premiers actes de violence dispensés par les autres et vient le choix. La plupart optent pour devenir des bêtes comme leurs congénères. Au milieu des loups, l'agneau ne fait pas long feu. Il valait mieux devenir un prédateur que rester une victime. Raphaelle n'était pas devenue une bête sauvage. Par il ne savait quel miracle, elle avait gardé son humanité. C'était toujours étrange de la croiser. Elle semblait vouloir le préserver, elle se montrait toujours prévenante à son égard et jamais, elle n'avait fait preuve d'une quelconque duplicité. A mots couverts, Bart lui avait avoué qu'il ne l'appréciait guère. Durant leurs interminables dialogues où ils se faisaient face, il lui avait dit de sa voix douce et onctueuse qu'il la considérait comme une manipulatrice, que tôt ou tard elle révèlera son vrai visage et que cela le brisera. Son alter ego lui répétait qu'il ne voulait pas qu'il souffre. Il ne l'empêchera jamais de la voir, mais que Sithael se méfie. Sa confiance, il ne peut la donner entièrement qu'à lui. C'était un peu "douteux" comme raisonnement, mais Sithael abdiqua, une fois de plus, face à Bart.
Pourtant, en cet instant, il balaya du revers de la main sa méfiance se contentant du soulageent qu'il éprouvait ne pas voir face à lui un visage ennemi. Raphaelle lui releva doucement la tête, glissant une main fraîche sous son menton. Le regard sans cesse fuyant, Sithael se contenta de fixer un point au-dessus de l'épaule de cette dernière.

Oh mon Dieu ! Sith' ! Qu'est-ce qu'ils ton fait ?!

Si seulement, il savait...par pur réflexe et parce qu'il ne savait pas quoi répondre, il se mordit la lèvre inférieure. Grossière erreur, des larmes piquantes lui montèrent aussitôt aux yeux. Ne plus refaire ça à l'avenir, apparemment, elle était fendue. Certainement un coup de poing. Lentement, Raphaelle enroula ses bras autour de lui, l'attirant contre elle. C'était...doux et agréable comme geste. Bien trop rare ici et terriblement précieux pour lui. Posant sa tête sur l'épaule de la jeune femme, Sithael prit une petite inspiration. D'une voix tremblante et du bout des lèvres, il murmura.

Chais pas. On a dû me cogner le crâne trop fort. Une toux le secoua réveillant la douleur dans ses côtes. J'ai mal...S'écartant d'elle, il souleva un pan de son tee-shirt. Il ne pouvait pas voir l'ampleur des dégâts. Rivant son regard cristallin sur la visage de Raphaelle, il esquissa une grimace. Je peux pas voir...à moins de réussir à me lever. Ca a l'air si terrible que ça? La voix blasée de Bart résonna dans sa tête. Y a rien de cassé, Sith', je m'en suis assuré avant de partir. On a un gros bleu, c'est tout. On a déjà eu bien pire. Ces deux enfoirés n'étaient que des petites frappes. Ils ont du s'y mettre à deux pour réussir à nous faire vraiment mal. Sithael secoua vigoureusement la tête, comme pour remettre ses idées en place. Il n'avait pas envie que Bart parasite la discussion ou émette des commentaires ou fasse une analyse détaillée des paroles de l'autre. Il sentit que son alter-ego s'effaçait, le laissant enfin seul.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Desperate and broken (PV Raphaelle) Sam 19 Mai - 18:11

Sithael leva un bras vers moi, mais n'y mit aucune violence. Je ne l'avais jamais vu se défendre ni être violent. Il tourna ses yeux vers moi et finit par me reconnaître. L'état de son visage m'alarmait. Je n'aimais pas spécialement la vue du sang. Je le prit dans mes bras, et je fus heureuse qu'il se laisse faire. Je n'étais pas la pour le blesser, et j'espérais qu'il en était conscient. Sa voix tremblait et n'étais qu'un murmure dans la grande salle d'eau. « Chais pas. On a dû me cogner le crâne trop fort. » Je me mordillais la lèvre inférieur alors qu'une violente toux s'empara de lui. Il s'écarta de moi. « J'ai mal... » Il souleva son T-shirt, et je vis alors l'immense hématome sur son flanc. Il était normal qu'il est mal avec un pareil bleu sur le corps. Mais est-ce qu'il y avait quelque chose de casser ? Peut-être. J'espérais que non. Je n'étais pas diplômé en médecine pour le savoir. Le jeune homme ne regardait pas son flanc, de toute façon, il ne verrait rien, mais son regard était fixé sur moi. « Je peux pas voir...à moins de réussir à me lever. Ca a l'air si terrible que ça? » Je me mordillais la lèvre. J'imaginais malgré moi assez bien ce que ses agresseurs avaient bien pu lui faire. Le ruer de coup au sol, jusqu'à temps qu'ils en aient marre. Le frapper avec leurs mains, le laisser tomber violemment sur le sol. Avec difficulté, mon regard remonta sur son visage qui n'était pas mieux que son flanc. Sa lèvre était fendu et un mince filet de sang s'en échappais. Son arcade elle aussi avait subi des dégâts et était gonflée. J'évitais subtilement sa question, je ne voulais pas l'alarmé. « Je... euh... écoute, je t'emmène à l'infirmerie, tu as peut-être quelque chose de cassé. »

Toute mes idées de me laver étaient parties en un instant. Dès que j'avais vu Sithael dans la salle de bain en fait. Je ne pouvais pas le laisser là, tout seul, à la merci de tous ces fous. Je n'étais pas sûre que mon corps tiendrait le coup. J'étais assez affaibli. Mais il fallait que j'arrive à le soulever sans trop lui faire mal. J'avais l'impression que tout était noir. Plus une seule goutte d'espoir. Le monde avait sombré dans le chaos, et cet asile en était la preuve. Plus rien ne nous connectait à la réalité, tout nous obligeait à devenir des bêtes, à laisser nos instincts les plus bas à nous diriger. Je ne voulais pas être de ceux là. Sithael n'était pas de ceux là malgré toutes ces rumeurs qui circulaient à son sujet. Sithael n'était qu'une victime. Une victime attendrissante. Il était resté humain malgré tout. Et cela faisait un certain temps qu'il était enfermé ici. Quand on le regardait, la seule chose que l'on pouvait voir, c'était son petit air enfantin, son innocence. Comment avait-on put l'enfermer ici ?!

« Je vais essayer de te lever, tu me dis si je te fais mal ok ? »

Je parlais très peu ici. Vu que je n'étais pas anglaise ou américaine, mon accent s'entendait, et bien que je n'en ai pas honte, je préférais me taire. Tout était prétexte à se faire frapper ici. Souvent même, il n'y avait plus de prétexte. Seulement, avec certaine personne, ma langue se déliait. Avec les humains, et non pas avec les monstres. Doucement, je passais mon bras sous les aisselles de Sithael. Je faisais bien attention d'éviter son hématome. Puis, précautionneusement, je le soulevais en m'aidant du lavabo. Mon corps protestait, je sentais mes muscles se tendre et chauffer. Un bleu à l'arrière du genou se réveilla, mais je fis taire la douleur. Tout ça n'était pas important. Pour l'instant, il fallait que j'emmène Sithael ailleurs qu'ici car ses agresseurs allaient sûrement revenir même si je ne l'espérais pas. Quand je les avais vus, ils étaient salement amochés. Est-ce que cela leur suffirait pour ne pas revenir ? « Tout à l'heure, j'ai croisé les deux hommes qui t'ont fait ça. Ils étaient en sale état. Tu te souviens ce qu'il s'est passé ? » Je ne voulais pas le forcer à me raconter. Dans un dernier effort, Sithael fut enfin debout. Mon bras le soutenait toujours, et nous étions maintenant face au miroir. Il pouvait maintenant voir l'étendue des dégâts sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Desperate and broken (PV Raphaelle) Mer 30 Mai - 19:27

Nan, pas l'infirmerie. Je sens qu'il n'y a rien de cassé. C'est pas la première fois que ça m'arrive, ça ne sera pas la dernière.

Il avait envie d'ajouter "malheureusement" mais se ravisa. Depuis le temps qu'il croupissait ici, Sithael (et surtout Bart) avait appris à différencier les os cassés des hématomes. Même si celui-ci devait être spectaculaire, il devait concéder à son alter-ego qu'en effet, ce dernier avait "veillé" à ce qu'aucune côte ne se fêle ou ne se brise. S'était-il roulé en boule? Avait-il promptement réagi? Sith l'ignorait. Il n'était jamais présent lorsque Bart prenait le relais.
Raphaelle lui proposa d'essayer de le lever. Il hocha affirmativement la tête. Ca lui ferait du bien de parvenir à retrouver la station debout. De une, il pourrait voir l'étendue des dégâts et de deux, il aurait enfin accès aux lavabos et pourrait nettoyer sommairement ce qu'il pourrait. Sithael redoutait toujours ce moment. Cet instant presque suspendu dans le temps où face à la surface polie d'un miroir, il découvrait l'état dans lequel on l'avait laissé. Avec mille précautions et une délicatesse bien rare en ces murs, la jeune femme glissa un bras sous les siens pour, doucement et petit-à-petit le relever. Il avait encore les jambes un peu chancelantes, comme si elles étaient faites à moitié en coton ou en n'importe quelle substance molle. La tête basse et le regard caché derrière un rideau de cheveux sombres, Sithael se retrouva enfin debout Toujours accroché à Raphaelle, il hésitait...devait-il regarder ou pas? Bart le lui aurait conseillé. Ne serait-ce que pour éviter une infection ou une cicatrice disgracieuse. C'est que parfois, son alter ego semblait particulièrement attentif à son corps. Après tout, cette enveloppe ne lui appartenait pas complètement. Prenant une petite inspiration pour se donner du courage, il rejeta d'un mouvement de tête les mèches brunes qui masquait sa vue et croisa son regard cristallin dans le miroir.
Sithael resta une fraction de seconde comme interdit face à son reflet. D'une main tremblante, il effleura de l'index son arcade gonflée. Demain, il aurait un oeil presque complètement fermé. Il vaudrait mieux éviter de se retrouver seul tant que ça n'aura pas désenflé. Bart lui avait suffisamment rabâché qu'un champ de vision propre et net était la clé pour survivre ici. Un angle mort et c'était fichu. Mais ce qui l'inquiétait le plus c'était sa lèvre. Approchant son visage du miroir, Sithael releva la tête. Ca nécessitait des points ce genre de truc? D'ailleurs, une lèvre, ça se recoud? Passant sa langue derrière la plaie, il remarqua que la fissure était nette.

Tout à l'heure, j'ai croisé les deux hommes qui t'ont fait ça. Ils étaient en sale état. Tu te souviens ce qu'il s'est passé ?

Toujours appuyé contre Raphaelle, la question de cette dernière l'arracha à la contemplation de ses "blessures de guerre". Il battit une fois, deux fois des paupières avant que son regard ne se porte, via le miroir, sur le visage de la jeune femme. Il ne pouvait pas lui dire que c'était l'oeuvre de Bart. Bart ne se révélait pas si facilement aux autres et il lui avait explicitement ordonné de ne pas parler de lui avec Raphaelle ou toute autre personne qui essaierait de les manipuler à force de cajoleries.
Dans un sale état? Mais visiblement capables de s'enfuir. Intérieurement, Sithael gémit. Et les conséquences, ça sera pour qui? Il n'avait aucun allié réellement fiable. Et le seul qui était suffisamment puissant pour s'opposer à ces petites frappes ne s'intéressait qu'à son alter-ego. Pas à lui. Sithael se mit à faire couler de l'eau avant de se pencher pour boire une longue rasade du liquide éternellement saumâtre de ces lieux. Ca lui faisait gagner quelques précieuses secondes pour parvenir à trouver un mensonge convaincant. D'une voix basse et un peu éraillée, il essaya d'éclaircir cette situation comme il le pouvait.

Non. Pas vraiment. Je me souviens vaguement d'être tombé au sol et qu'ils se sont mis à me donner des coups de pieds. Je crois que l'instinct de survie a fait le reste. C'était eux ou moi. Je me revois debout... Il fronça les sourcils, comme s'il tentait de se rappeler des détails. Mais c'est flou. Quand j'étais encore libre, je me rappelle avoir lu des histoires où des femmes étaient capables de soulever leur voiture accidentée pour sauver leur môme qui était coincé sous la carcasse. J'ai du faire quelque chose d'approchant. Etre comme..."hors de moi". Le regard de Sithael se posa de nouveau sur son reflet qui hochait silencieusement la tête avec un petit sourire satisfait. Les lèvres de son double formèrent les syllabes "good boy" avant que les choses reviennent à la normale. Raphaelle...je ne te fais pas...peur? Sithael se détacha de la jeune femme portant son poids sur la faïence des lavabos. Il n'aimait pas savoir ce que Bart avait fait. Ca lui donnait l'impression que lentement, mais sûrement, il devenait comme l'une de ces bêtes sauvages que l'on ne croise que dans les niveaux inférieurs. Ceux qui se tapissent dans l'ombre, prêts à vous tuer ou à vous faire subir les pires sévices. Le regard brillant, il poursuivit. J'ai pas envie de devenir une bête sauvage. Même au bout de quinze ans, j'espère toujours qu'un jour, je pourrais sortir. Alors, je m'efforce de m'accrocher, de rester humain, mais...je suis obligé de me défendre parfois. Je suis obligé... Sithael déglutit péniblement tandis qu'une boule douloureuse se formait dans sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Desperate and broken (PV Raphaelle)

Revenir en haut Aller en bas

Desperate and broken (PV Raphaelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Quelle desperate Housewife, etes-vous ?» Desperate Housewives [Dramédie, Soap]» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34» « Boulevard of Broken Dreams »
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For a Nightmare :: L'Aile Droite :: Douches-